L’approche des fêtes et de la nouvelle année pousse nos marins à nous offrir leur bilan 2020, aux conditions si singulières. Privés de leur élément naturel, nos corsaires émérites ont dû faire appel à leur imagination pour s’adapter à la situation.

Visioconférences, plans d’attaques stratégiques, appréhension du software, l’équipe Realteam n’a pas chômé durant cette année, malgré le climat particulier de pandémie. La période de confinement peut paraître difficile à apprivoiser pour un marin, car ce dernier est un compétiteur. Néanmoins, il fait face à ses incertitudes et sait se montrer patient. «Le plus dur était de ne pas avoir de perspectives de navigation ou de régates pendant le confinement», nous confie Benjamin Amiot.

A terre, l’équipe a su optimiser ce nouveau temps imparti pour parfaire la préparation des futures régates, à bord de l’aérien TF35. Des petits groupes de travail ont été mis sur pied selon un programme de thématiques définies. Sur Skype ou sur Zoom, les marins naviguent sur un terrain plus technologique et prennent le temps d’affuter leurs stratégies. Moins dans l’action et plus dans la préparation.

Le lac Léman leur a tout de même offert deux navigations en fin d’année, de quoi réchauffer les cœurs plus que le corps ! Sur le champ de bataille, «on se dévisage, on se guette et on joue le jeu à fond», précise Sébastien Col. La première course a servi de lucarne pour juger les manœuvres adverses, suite à une longue période à terre. Les marins demeurent satisfaits de leur premier bal des voiles…

La deuxième course, quant à elle, a plutôt servi d’étalonnage.  L’équipe a expérimenté plusieurs approches suite aux phases de test qui avaient été menées lors du confinement. On peut penser par exemple à l’utilisation du software, que Jérôme Clerc définit comme «le coéquipier virtuel de l’équipe». Il s’agit d’un logiciel qui permet d’assister électroniquement la cible d’altitude de vol du TF35. Il a fallu s’adapter à cette nouvelle technologie qui a beaucoup évolué et créer de nouveaux repères. Selon Gurvan Bontemps «le travail du confinement a payé».

A l’aune de cette fin d’année 2020 pas comme les autres, le bilan est clair : jamais notre équipe n’a été aussi proche et soudée, malgré la distance. Que peut-on leur souhaiter pour 2021? Realteam désire mettre à profit tout le travail amorcé durant le confinement, mais par-dessus tout, retrouver la liberté des eaux du lac. C’est la grande impatience! Comme le chant des sirènes, l’appel du large est plus que jamais présent.