Realteam for Léman hope s’est aligné au départ du Bol d’Or Mirabaud ce samedi 11 juin, sous un soleil de plomb et dans une météo malicieuse. En difficulté dès le départ, l’équipe lausannoise d’Esteban Garcia n’a jamais rien lâché tout au long de la course « en accordéon », rythmée par les zones de vent et de non vent. Après plus de 15 heures de régate, elle réussit à se hisser à la 3e place du podium des TF35.

Les prévisions météorologiques l’avaient annoncé, ce Bol d’Or Mirabaud 2022 risquait d’être long, très long… Dès le top départ, le bal des voiliers s’est démené pour trouver la meilleure et la plus performante des brises afin d’être le premier à quitter Genève. Alors qu’une petite risée de bise souffle sur le haut lac et emporte la tête de flotte, Realteam se retrouve encalminé à l’arrière, dans une zone sans vent. « On n’a pas eu le courant qu’on espérait.  On a essayé de faire du mieux que l’on pouvait, avec ce que l’on avait », explique Benjamin Amiot, numéro 1 sur le bateau. Après 30 minutes environ, l’équipe se délivre de cette situation avec détermination et expérience et reprend la route, mais le retard accumulé sur l’ensemble des TF35 est considérable.

Malgré des conditions très légères, Realteam se bat et grappille du terrain, mètre après mètre. L’équipe recolle légèrement avec la tête de flotte, à hauteur de Lugrin, côté français, où l’absence de vent sévit à nouveau. Il ne fait pas bon être à bord d’un bateau volant dans de telles conditions. C’est W Team, barré par Christian Wahl, qui passe en tête la bouée du Bouveret. Les autres TF35 suivent de près, à l’exception de Spindrift Racing, forcé d’abandonner à la suite d’un problème technique.

Sur le retour, l’équipe réalise une superbe remontada et se place aux avant-postes des TF35 vers l’entrée du petit lac. La pétole fait à nouveau rage: les cartes sont redistribuées. La nuit tombe et la lune guide les marins, qui voguent lentement vers la ligne d’arrivée. Dans ces conditions, le choix tactique peut faire basculer le déroulé de la course. C’est le cas de Realteam for Léman hope qui double Alinghi Red Bull Racing à la hauteur de Versoix. Le bateau, barré par Jérôme Clerc, passe la ligne d’arrivée en 3e position des TF35, après 15 heures et 45 minutes de course intense, derrière Sailfever et Zen Too. « Nous avons fait une superbe remontée, malgré l’absence de vent. Nous sommes parvenus à tirer le meilleur de nous-mêmes. Realteam for Léman hope est une équipe équilibrée et très soudée. Le travail d’équipe a payé », tient à rappeler Esteban Garcia, propriétaire et co-skipper de l’équipe.

Bilan du Bol d’Or Mirabaud 2022
Course ingrate pour les TF35, communément appelés géants du Léman, qui par manque de vent cumulent 20 minutes de vol sur plus de 15 heures de course. Au terme de cette longue épopée lacustre, le barreur de l’équipe, Jérôme Clerc, tient à faire un bilan positif tout en saluant la performance de son escouade. « Nous étions derrière les trois quarts de la course mais l’équipe n’a rien lâché. Sur ce genre de longue régate, tout se joue sur la fin. La bataille se fait sur l’eau mais aussi dans la tête. Avant de passer la ligne d’arrivée, rien n’est jamais joué. »

Au final de cette première partie de championnat, les scores sont toujours très serrés. Alinghi Red Bull Racing mène la danse avec 2 points d’avance sur Realteam for Léman hope.

Pause estivale méritée pour les TF35 qui reprendront la route des eaux douces le 8 septembre, à Malcesine!

Crédits photos : Camille Crittin