Le bal des bateaux volants a fait son grand retour, le weekend passé, à l’occasion de la Realstone Cup for Léman hope, à Nyon. 2 victoires en 4 manche disputées: Realteam Sailing, l’équipe d’Esteban Garcia, décroche la victoire et conserve sa position de leader du Grand Prix des TF35.

En cette fin de mois de mai, les conditions de brises thermiques ne sont pas encore bien établies. Les concurrents ont du jouer de leurs plus beaux atouts pour conserver l’avantage. « Ce premier Grand Prix nous donne l’occasion de nous mesurer les uns aux autres, après une longue période. Il faut savoir rester dans la concurrence. » Les monstres volants du Léman ont pu disputer 4 courses où Realteam a conservé tout au long du championnat, la tête du classement. « Je suis extrêmement fier des marins Realteam qui confirment à nouveau leur état d’esprit conquérant, sans jamais rien lâcher », souligne Esteban Garcia, fondateur et propriétaire de l’équipe.

C’est face à une météo très instables que l’équipe a abordé ce premier rendez-vous, en remportant la toute première manche du premier jour de régates. Cette première victoire a permis à Realteam Sailing de s’assurer du travail effectué lors des entrainements intensifs des mois de mars et d’avril passés.

Les caprices météorologiques du lendemain ont permis aux TF35 de démontrer leur toute puissance. Realteam Sailing dépasse dans les dernières secondes Alinghi Red Bull Racing et remporte la seconde manche du Grand Prix. Scénario différent pour la troisième manche, où l’équipe lausannoise loupe son départ. Elle ne se laisse toutefois pas abattre et se remobilise pour se hisser à la troisième place.

Troisième jour de course, un petit séchard offre des conditions complexes à la quatrième régate. Realteam et Spindrift jouent en tête pour tirer le meilleur parti des conflits thermiques. C’est finalement l’équipe de Yann Guichard qui passe en premier la ligne d’arrivée. Realteam finit deuxième, Alinghi troisième. « Jusqu’ici, tout va bien, relève François Morvan, la nouvelle recrue bretonne. Je suis confiant. Nos fondations sont solides que ce soient par rapport à notre vitesses, nos manœuvres ou notre stratégie. »

Le dernier jour a coupé court à tout suspens. Par manque de vent, les régates sont annulées et Realteam Sailing est déclaré grand vainqueur du premier Grand Prix « Realstone Cup for Léman hope ». Le bilan du coach de l’équipe est plutôt positif: «Realteam Sailing n’a pas effectué de mauvaises manches en soi. Nous sommes très confiants sur notre capacité à gagner et nous souhaitons conserver notre place aux avant-postes».

Autre fait marquant de ce premier week-end de course: tous les marins ont eu le plaisir d’accueillir à leur bord, les survivors de Léman hope, dont le nom fait évidemment écho à la « Reastone Cup for Léman hope », premier Grand Prix du TF35 Trophy. L’occasion pour les jeunes mousses de réaliser quelques manœuvres pour faire planer les voiliers au dessus de l’eau, tout en recevant les conseils précieux des marins, très à l’écoute. Ce type d’initiation à la navigation leur permet de goûter à l’indépendance tout en recevant un boost de confiance. « J’ai des crampes au sourire tellement j’étais contente », nous avoue la jeune Mélanie. Esteban Garcia, instigateur de cette rencontre hors du commun, confie son sentiment positif: « Le sens de l’engagement de Realteam, dans la course avec Léman hope, est un nouveau tournant. Je suis très heureux que les enfants aient pu vivre cette expérience avec les TF35 et je remercie toutes les équipe pour leur accueil ». Réchauffé par la multitude de sourires, Realteam Sailing garde le même objectif: gagner sur le lac et rendre l’espoir, sur l’eau ou dans les airs.


Realteam Sailing a également eu l’honneur d’accueillir Philippe Presti pour des sessions coaching avant et pendant les régates des TF35. Spécialiste en bateaux volants, l’entraîneur de l’équipe Luna Rossa Prada Pirelli nous a distillé ses conseils les plus avisés.

Qu’est-ce qui vous amène ici ?

J’aime participer au travail de l’équipe et découvrir de nouveaux supports volants. Je n’ai jamais travaillé avec ce type de bateau mais les principes sont les mêmes. Cela permet ainsi d’avoir une vue plus macro du domaine de la voile et des bateaux volants. J’essaie d’amener et de partager mon savoir sur des pistes de réflexion.

Quelle est votre expérience dans les bateaux volants?

J’ai fait partie des premiers projets pilotes qui ont commencé à faire voler les bateaux, notamment avec le projet Oracle. Je suis plutôt un touche à tout: moth, flying fantôme, GC32, à la fois en temps que marin que coach. Rejoindre Realteam Sailing était également l’occasion de tester les TF35. C’est le même principe, pilote automatique en plus.

A quoi ressemble le marin 2022?

C’est un marin 2.0. Il doit savoir allier compréhension des data avec expérience humaine et communication. C’est également une question de feeling. Mais les jeunes marins ont besoin de maitriser les nouveaux outils technologiques. Cela fait partie de l’évolution des pratiques.

Existe-t-il une cause qui vous tient à cœur lors que vous naviguez?

Naviguer sur l’eau c’est bien, véhiculer des messages positifs en le faisant, c’est encore mieux. A l’instar des marins Realteam avec Léman hope, j’essaie de trouver un sens à ce que je fais en coachant des personnes en rémission pour leur redonner confiance.